Prise en charge psychosociale des mères adolescentes au Cameroun

2amies

Si vous êtes mères adolescentes et avez besoin de parler, besoin de renseignements, si vous avez des idées noires, vous pouvez appeler  ce numéro téléphone mtn gratuitement avec un numéro mtn: 650 62 73 54

Les professionnels sont à votre écoute pendant 24 heures chaque jour.

Situation d'urgence

 En 2011 l’Institut national de la statistique camerounais indique que 42% des mères au Cameroun sont âgées de 12 à 19 ans. Elles ont des relations sexuelles précoces et des partenaires multiples et ceci les expose à un risque élevé de maladies sexuellement transmissibles et à la grossesse alors que 53% ne reçoivent aucun soin périnatal.

En outre, un nombre considérable de ces mères adolescentes sont victimes de viol. Ces mères sont souvent abandonnées par le père de l'enfant ainsi que par leur propre famille et sont contraintes d'abandonner leurs études. De plus, la maternité et l’adolescence sont 2 crises existentielles qui se mélangent chez ces dernières. Cette vulnérabilité psycho-sociale les expose à un risque élevé de maladies mentales avec une répercussion directe sur la santé de la mère et du bébé.

En effet, les cas de suicide maternel et d’infanticide sont fréquents au Cameroun et quand la situation n’est pas si extrême, la maladie psychologique de la mère met l’enfant dans un grand risque de retard de développement.

Malgré le professionnalisme et la bienveillance du personnel soignant, vers lequel converge ces exclues de la société, les pathologies mentales chez les mères adolescentes ne sont malheureusement ni dépistées ni traitées. Il n’existe pas de service de soins de santé mentale maternelle et cela entraine à la longue des coûts socioéconomiques élevés, pour les familles, le personnel sanitaire et pour la société camerounaise émergeante.

C’est donc cette situation qui justifie la mise sur pied de ce projet dont la phase clinique a commencé en Avril 2014.

Signes alertant chez la mère

fille-pleurant

  • Isolement social, non communication, sentiment de solitude,
  • Sentiment d’impuissance, désespoir, culpabilité et honte,
  • Sentiment d’être incapable et d’être une mauvaise mère,
  • Augmentation ou diminution soudaine de l’appétit ou du poids du corps,
  • Difficultés à s’endormir, sommeil fréquemment entrecoupé, difficulté à se rendormir,
  • Agitation, trouble émotionnel grave, irritabilité, violence sur soi et ou sur autrui, idées délirantes...

Signes alertant dans la relation mère-bébé 

jeune_mere_bebe

  • Peu de plaisir, peu d’engagement émotionnels, peu de regards et de paroles échangées avec le bébé,
  • La peur de faire du mal au bébé, pouvant entrainer la mise à distance celui-ci, et appauvrissant ainsi les contacts, les soins et les moments ludiques (de jeux),
  • Le mal-être de la mère peut être projeté sur le bébé qui devient alors négatif à ses yeux et elle peut ainsi le percevoir comme hostile et agressif à son égard, ce qui peut instaurer un rapport de force pouvant entrainer la négligence ou la maltraitance.

Signes alertant chez le bébé

  • Troubles de sommeil,
  • Agitation, irritabilité,
  • Enfant trop calme, pauvreté des interactions,
  • Pleurs et cris excessifs, enfant difficile à consoler,
  • Troubles alimentaires et digestifs, respiratoires,
  • Négligence et maltraitance…

Si vous observez la présence d’un ou de plusieurs signes sus-évoqués, consultez un professionnel en santé mentale.

Conséquences des problèmes de santé mentale maternelle

La dépression maternelle est la principale cause d'incapacité chez les femmes âgées de 18 à 44 ans. Elle est responsable de nombreux divorces, troubles de la relation parents-enfants, psychopathologies et retards de développement de l'enfant.

La dépression maternelle à un impact négatif à long terme, entre autre sur le développement cérébral du fœtus et elle peut entrainer des menaces d’accouchement prématurée. Les femmes enceintes déprimées ont tendance à moins bien se nourrir et à moins bien dormir. Elles ont également tendance à moins s'impliquer dans le suivi médical de la grossesse et à moins respecter les recommandations du médecin.

Elles ont aussi tendance à moins suivre des traitements spécifiques tels que, par exemple, la "thérapie antirétrovirale" lorsqu'elles sont porteuses du virus VIH.

Les femmes enceintes ayant des symptômes dépressifs ont tendance à avoir plus de problèmes obstétricaux et à consulter plus souvent des services médicaux. 

Les bébés des mères déprimées peuvent avoir des rythmes de sommeil plus irréguliers et peuvent présenter plus de difficultés d'endormissement. Les enfants des mères ayant des problèmes de santé mentale ont un risque important de conséquences négatives sur le développement intellectuel, émotionnel et relationnel.

Les objectifs du projet

  • Diffuser de manière encore plus large la formation auprès des soignants actifs ,
  • Etendre le système d’évaluation et de prise en charge psycho-sociale de mères adolescentes souffrant de troubles mentaux et leurs bébés et améliorer la relation mère-bébé ,
  • Prévenir les actes suicidaires, les infanticides, le retard de développement et de troubles mentaux chez les enfants,
  • Sensibiliser et éduquer davantage la société camerounaise sur la problématique des mères adolescentes et former les personnels hospitaliers en matière de santé mentale maternelle, des enfants et des adolescents,
  • Contribuer à la production scientifique et formuler des recommandations pour la santé mentale des mères-adolescentes dans les pays à revenus faibles et intermédiaires.

Tout ceci est dans le but d’institutionnaliser et donc de rendre les soins périnataux, particulièrement psycho-sociaux et psychiatriques, accessibles aux mères-adolescentes et à leurs bébés au Cameroun. Ce projet s’inscrit parfaitement dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) 3 (santé), 5 (égalité pour les femmes) et 17 (partenariats internationaux).

Le personnel de l’équipe du projet

Le personnel de l’équipe locale du projet est constituée des : Les psychologues, des psychiatres, des sages-femmes, des infirmiers, des travailleurs sociaux, des pairs-éducateurs. L’équipe locale travaille en étroite collaboration avec l’équipe de Genève : Un spécialiste en médecine interne et en santé publique, des psychiatres et pédopsychiatres.

Méthodologie

La démarche pratique du projet repose sur les axes suivants : l’évaluation des besoins et l’adaptation des outils de soins, la formation et la supervision des soignants, la sensibilisation, le recrutement des mères adolescentes en période périnatale, l’évaluation et la prise en charge psychosociale et la réévaluation permanente de la mise en œuvre du projet.

Perspectives escomptées

  • Amélioration significative de l’état de santé psychique des mères adolescentes et de la relation mère-bébé pour les situations prises en charge,
  • Resocialisation et autonomisation des mères adolescentes prises en charge,
  • Formation et sensibilisation des différents acteurs,
  • Sensibilisation de la société camerounaise sur la santé mentale maternelle,
  • Diffusion des résultats du projet dans et par les réseaux africains et internationaux, dans le but d'améliorer la connaissance et la pratique des soins en santé mentale maternelle, et de favoriser leur adoption dans d'autres milieux à revenu faible et /ou intermédiaire.

Résultats obtenus 

jeune_mere_bebePlus de deux ans après sa mise en œuvre, le projet a atteint les résultats suivants (Avril 2014 à Septembre 2016) :

 

 

 

  • 1010 mères adolescentes ont été évaluées, 596 (soit un taux d’atteinte de 59%) sont atteintes d’une souffrance mentale cliniquement significative nécessitant une prise en charge et nous observons un taux 89% d’amélioration chez celles dont les suivis sont terminées.
  • 143 soignants (psychologues, sages-femmes, infirmiers, personnels du MinproFF, travailleurs sociaux, paires-éducateurs) ont été formés et 152 personnels hospitaliers ont été sensibilisés.
  • Les jeunes mères ayant bénéficiées de la prise en charge et leur entourage ont été sensibilisés à l’effet favorable d’avoir cherché de l’aide psycho-sociale.
  • Enfin, en termes de productions scientifiques, 5 communications orales et 2 posters ont été présentés aux congrès internationaux.

Les partenaires du projet

  • L’Institut de santé Globale de l’Université de Genève
  • Le Ministère de la Santé Publique (Cameroun)
  • Le Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (Cameroun)
  • L’association ASP (Actions en santé Publique, Genève)
  • L’association UNIPSY.Be (Cameroun)
  • L’ACAJEFIM (Association Camerounaise d’aide aux Jeunes Filles Mères)
  • RENATA (Réseau National des Associations des Tantines, Cameroun)

Joël DJATCHE Coordonnateur/Superviseur du projet au Cameroun

Informations complémentaires:

Dépression Maternelle

Psychoéducation 2016