Les soins Kangourou pour les bébés prématurés

Ce qu'il faut savoir en 10 points :

1. C’est quoi la prématurité ?

On parle de prématurité quand un enfant naît avant le 8ème mois de grossesse, soit 37 semaines d'aménorrhée révolues.

2. Quelle est l’ampleur du problème ?

Chaque année, 15 millions de bébés naissent prématurément. Ces naissances prématurées représentent près de la moitié de la totalité des décès chez les nouveau-nés dans le monde. La prématurité est l'une des premières causes de décès du nouveau-né en Afrique et constitue un problème majeur de santé publique. Au Cameroun, 150.000 nouveaux nés naissent chaque année et jusqu’a 28 pour cent d’entre eux décèdent encore du fait de la prématurité et de ses complications, situation qui est inacceptable.

3. Quels sont les défis de la prématurité dans notre contexte ?

Tous les nouveau-nés sont vulnérables, mais les bébés prématurés le sont encore plus. Les naissances prématurées dans notre contexte sont associées à de nombreux défis : des soins intensifs onéreux, des possibilités de transfert ou de référence souvent limitées, des ressources de plus en plus rares, des incubateurs qui font cruellement défaut, une rareté de formations sanitaires qui disposent des technologies de pointe pour la prise en charge adéquate des prématurés.

4. Quels sont les problèmes des bébés nés prématurés ?

Les problèmes auxquels sont confrontés les bébés prématurés sont essentiellement du fait des mécanismes d’adaptation à la vie extérieure insuffisamment développés ; il est fréquent de noter des troubles digestifs, des troubles respiratoires, mais surtout l’hypothermie. L’hypothermie en simple termes est l’ abaissement de la température corporelle centrale ou un refroidissement du corps au-dessous de 35° Celsius. Cette hypothermie peut entraîner de nombreuses maladies et aller jusqu’au décès.

5. Que faut-il faire pour éviter cette hypothermie ?

Les mesures préventives consistent à réduire la perte de chaleur et à apporter une chaleur supplémentaire à l'aide de sources externes. Il faudrait donc créer un environnement qui maintienne cette chaleur, d’où l’existence des couveuses ou des méthodes alternatives telle que la méthode Kangourou.

6. C’est quoi la méthode Kangourou ?

L’OMS définit la méthode «mère-kangourou» comme une méthode de soin des nourrissons prématurés pesant moins de 2 kg. Elle se caractérise par l’allaitement maternel exclusif et fréquent, le contact peau à peau entre la mère et l’enfant et le soutien à la paire mère-nourrisson.

7. Quels sont les avantages de cette méthode Kangourou ?

Les travaux de recherche démontrent que: la méthode « mère kangourou » est au moins équivalente aux soins en couveuses, du point de vue de la sécurité et de la protection thermique. Contrairement à la couveuse, c’est moins coûteux, mais il faut le préciser, c’est pour les bébés prématurés stables qui peuvent s’alimenter normalement. Elle permet de réduire de 40% le risque de décès des bébés prématurés.

Cette méthode est facile à appliquer, permet de développer un lien affectif entre le bébé et les parents, est accessible quel que soit l’endroit où l’on se trouve et procure une supervision constante du bébé. De plus les bébés peuvent quitter l'hôpital assez rapidement car les parents peuvent continuer de la pratiquer à la maison. En somme, la méthode Kangourou se veut l’un des instruments clé dans l’arsenal de la riposte contre la mortalité néo-natale d’où la recommandation de cette méthode par l’OMS pour améliorer la survie des prématurés et accélérer la réduction de la mortalité néonatale.

8. Y a-t-il des inconvénients à la méthode Kangourou ?

Inconvénients pas en tant que tel mais beaucoup plus des contraintes. En effet, le fait qu’il faille porter le bébé sur sa poitrine quasiment 24h/24 peut être contraignant, surtout si les mères n’ont pas un appui adéquat à domicile. Toutefois, les avantages qu’offre la méthode Kangourou surpassent les contraintes.

9. Quelle est la bonne position pour le Kangourou ?

Le préalable est que l'état de bébé soit stabilisé, c’est-à-dire qu’il ait atteint son autonomie respiratoire et qu’il soit capable de téter et déglutir de façon coordonnée. Le bébé est placé entre les seins de la mère dans une position verticale, poitrine contre poitrine, la tête du bébé doit être tournée sur le côté, dans une position bien étendue, les hanches pliées et les jambes écartées comme une grenouille; les bras devraient également être repliés. Le bébé est ainsi soutenu en position verticale par une sangle élastique ou une bande de Lycra en coton.

10. Quelles sont les perspectives pour la méthode Kangourou au Cameroun ?

Les travaux de recherche et l’expérience montrent que les mères aiment les soins « kangourou » une fois qu’elles se sont familiarisées avec cette pratique, cependant la méthode reste encore très peu connue par les populations et les personnels de santé. Bien que la méthode Kangourou soit déjà pratiquée dans certaines formations sanitaires, il faudrait plus la vulgariser en intensifiant la communication pour éduquer les populations sur la méthode.

Un dernier message à l’endroit des parents ?

La prématurité est un risque pour toutes les grossesses mais avoir un bébé prématuré ne doit plus être une fatalité. Le Kangourou est une affaire de tous et de chacun. Toutes les mères peuvent offrir des soins « kangourou », quel que soit leur âge, leur parité, leur éducation, leur culture , mais elle ont besoin du soutien de la famille et de la communauté. Tout ceci permettra de consolider la relation famille -bébé mais aussi d’améliorer la survie des bébés prématurés au Cameroun.

Dr. Adidja Amina, médecin spécialiste de santé publique, MINSANTE